SOS : c’est l’histoire d’une vieille dame;…ma mère

Il y a 1 mois et 1/2  de ça, une gentille vieille dame était amenée d’urgence à l’hôpital après un court arrêt cardiaque. Après avoir passé 2 jours aux urgences, ne pouvant la garder malgré une infection bronchique aigue (suite à des fausses routes) qui aurait nécessité  un séjour au service pneumologie, ils décidèrent de la mettre en gériatrie oui mais…Ne trouvant pas de place dans les hôpitaux avec un service gériatrie dans sa ville ni dans la ville la plus proche , ils l’envoyèrent dans une polyclinique éloignée de tout, dans un coin perdu où l’air  certes y est pur puisque situé en pleine forêt mais  où les bus sont quasi inexistants. Jugez plutôt : pour y aller, prendre le bus de 6h00 du matin qui arrive à Saint-Maximin à 7h00, 7h15 correspondance de Saint-Maximin pour Nans Les Pins (à noter que la polyclinique en question ne se trouve pas dans le village ) Vu que les visites ne sont pas autorisés le matin, il faut glandouiller pendant 3h00 dans le village et redescendre à pied, soit 40 mn – Pour le retour : surtout ne pas louper celui de 13h05 sinon on est coincé à Saint Maximin jusqu’au lendemain matin 7h00- Le tout pour la coquette somme de 20 euros !
Donc si on a bien suivit, on aura pu rendre visite à la vieille dame que durant 1h20…
Pour les personnes ayant une voiture, c’est chose aisée d’y aller, quoique en y réflichissant bien pas si sur que ça.  Pour les gens comme moi qui n’ont aucuns moyens de locomotion c’est beaucop plus ardus, donc la seule chose qu’on espère c’est qu’elle aille mieux et p uisse rentrer chez elle auprès de son amoureux (c’est comme ça qu’elle appelle son mari… »mon amoureux ». – C’est mignon n’est-ce pas ?).

Polyclinique Nans Les Pins
Après l’avoir gardé pendant 1 mois dans le service gériatrie sous antibiotiques, ils conseillèrent qu’elle se repose en maison de convalescence pour reprendre des forces (même établissement). Evidemment ses deux filles, comprenant la situation et faisant confiance au corps médical crûrent prendre la bonne désicion en acceptant qu’elle rentre en maison de convalescence pour une durée de 10 jours. Sauf que…voilà ça ne se passe pas toujours comme on voudrait. Le 18 février, soit un jour avant sa sortie, elle rechutait et…très gravement.  Re-arrêt cardiaque. Mais chose la plus surprenante c’est que le médecin de la maison de convalescence parle de pneumopathie et l’autre donc celui de la polyclinique, d’oedème pulmonaire aigue. Totalement démunis face à cette vieille dame, ils ne savent plus quoi faire. J’ai envie de dire : « moi non plus ».
Quoiqu’il en soit elle est sous oxygène car n’arrive plus à respirer, re-antibiotique et évidemment vu sa maladie neurologique n’arrive plus  à articuler, donc pour faire comprendre que quelque chose ne va pas, c’est râté.
Voyant les choses se dégrader, il serait logique de la transférer dans un hôpital afin d’y être réellement soigné. Seulement voilà, ça ne bouge pas. Personne n’ose le faire. La tutrice de cette vieille dame ne veut pas se mouiller, le médecin traitant (médecin de famille)  dit qu’il ne peut rien faire et que seul le médecin de la  polyclinique peut prendre cette décision . Les auxilaires de vie qui s’occupent d’eux (la vieille dame et son mari) et sa fille (pas la deuxième, elle est trop à l’ouest) tambourinent pour qu’elle puisse être hospitalisée  afin d’avoir tout les soins nécessaires (kiné par exemple) mais désespèrent de ne rien voir bouger.

Le moral dans les chaussettes
1 mois que cette vieille dame n’a pas vu son mari, 1 mois que cette vieille dame ne peut pas voir ses filles, sa petite fille et son petit-fils, 1 mois qu’elle est isolée dans ce coin perdu.
1 mois que son mari déprime, 1 mois que ses deux filles angoissent, 1 mois que sa petite-fille est dans tout ses états et 1 mois que son petit fils essait de ne pas trop y penser.
1/2 mois que les médecins de là-bas sont démunis face à cette vieille dame.
2 jours que sa famille croise les doigts pour pas qu’elle finisse comme son fils. 2 jours de prières intenses.

Quelle solution face à ça ? Je ne peux pas signer de décharge, seule la tutrice peut le faire.

Ma mère
Cette vieille dame c’est ma mère, c’est celle qui m’a porté dans son ventre pendant 9 mois, c’est celle qui m’a nourrie et chérit et c’est moi qui me blotissait contre elle quand mon père me criait dessus.
Je ne peux pas la laisser là-bas, c’est pas possible. Il lui faut des soins…

Je ne sais pas si quelqu’un m’a lut, mais si c’est le cas et que vous avez une suggestion, une solution, faites moi le savoir.

merci de m’avoir lu en espérant que ça ne vous a pas trop gavé, mais ça m’a fait du bien de l’écrire.  Pitou pitou

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*