Ah j’te jure le RSA !

13 novembre 2012, le jour où il a fallut que je signe un contrat d’insertion pour une formation qui ne m’aura pas rapporté grand chose

Ah je te jure ce mot là fallait l’inventer ! RSA… le revenu de solidarité « active ».

Explication/
Ce matin je suis allé telle une gentille fille au rendez-vous fixé par la madame qui me suit dans mon parcours de nouvelle rmiste, ouai parce que rsaïste ça fait pas beau . Etant dans la  super fourchette des cas sociaux, elle me repropose un contrat d’insertion qui devrait me permettre d’entreprendre une formation à la duchnok d’ici décembre.
Ouai sauf que la madame n’a pas compris que moi c’est pas une formation à la remoualgnegne que je veux mais un boulot où je pourrais gagner plein de fric.

 J’en ai un peu ras la cacahuète de me priver de certaines choses, des choses simples et anodines pour certains mais qui pour moi ont de la valeur.
J’aimerai pouvoir m’acheter la super veste fushia que j’ai vu à C&A, pas bien chère pour d’autres mais pour moi oui. Me payer une glace ou une pression sur le port. Et le top des top serait de pouvoir aller au concert de Johnny le 22 décembre à Toulon; ça serait NOTRE (moi et mon fils) cadeau de Noël.
Et évidemment ne plus me poser la question de savoir si je vais en avoir assez pour aller jusqu’à la fin du mois, si mes factures vont pouvoir être honorées et mon loyer payé.

J’aimerai tout simplement pouvoir vivre et jouir des petits plaisirs de la vie qui nous permettent de nous sentir mieux, moins fragiles.

Alors la madame, elle a beau dire et beau faire, quand elle me dit : « mais enfin, vous êtes active puisque vous allez faire une formation !  » moi je lui répond : « non madame, pour moi être actif c’est travaillé et avoir un salaire pour faire fonctionner le cocon famillial, ce n’est pas parce qu’on a remplacé le rmi qui fait du coup penser à « revenu méga inactif »  par rsa qui veut dire « revenu solidarité active », que l’on devient obligatoirement actif » Je ne suis pas active, je suis un cas social parmi tant d’autre qui aspire à un emploi stable et ce dans n’importe quel branche de métier, tant pis si je dois décrasser le sol comme une dingue ou bien torcher les fesses des petits vieux, tant pis si je dois rester planter en attendant que le client passe commande ou bien me retrouver derrière la friteuse et sentir l’huile de friture à plein nez, tant pis si l’emploi trouvé ne correspond pas à mon métier moi tout ce que je veux c’est travailler et avoir de l’oseille en poche.

Alors la madame n’était pas très contente que je parle comme ça, ben oui on peut pas lui en vouloir…elle fait son boulot et son boulot c’est me suivre dans mon parcours de cas social et de me faire signer ce p’tain contrat d’insertion parce que sinon la madame se fera taper sur les doigts.

Ce soir je pense à mon gamin…j’espère que l’avenir pour lui sera meilleur et plus rose, qu’il pourra vivre sa vie comme il l’entend, qu’il aura du pognon plein la fouille et surtout que son emploi sera stable. Mais j’avoue que l’avenir me fait peur…

En attendant ma formation à la béïnts je continuerais à faire du rangement dans le super bordel, prendre soin de mon corps et vaquer à ….ben j’sais pas !

pitou pitou

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.