La santé d'abord

Minimaliste et flexistarienne malgré moi

Il y a les bobo minimalistes et flexistariens et il y a moi en mode pauvre

L’art du minimalisme ne consiste pas à vivre comme un ermite , mais c’est celle d’accorder une vraie valeur aux objets que nous possédons. Autrement dit mieux vaut posséder quelques pièces plutôt que des milliers de choses qui encombreront notre intérieur. C’est aussi, un dressing avec des pièces bien choisit plutôt qu’une armoire qu! déborde.

minimaliste à souhait

Qui sont les adeptes du minimalisme ?

Il va donc y avoir les adeptes de ce mode de vie (c’est fun) et puis tu as ceux et celles qui ne le font pas exprès, exemple : moi
Moi je suis l’archétype de la pauvresse. Je touche le RSA, je rembourse une lourde dette, il y a les factures à payer et la nourriture mais après ça…il ne me reste plus rien dans le portefeuille, alors l’achat d’objets et de vêtements en tout genre, très peu pour moi !
Je deviens donc minimaliste malgré moi.
ET puis il y a eux, ce sont les bobos, les bourgeois qui se la jouent bohème mais qui en fait ne connaissent rien de la pauvreté, qui n’ont jamais goûté au RSA, n’ont jamais mis les pieds dans un squat pourris et non jamais dormit dans des draps sales – non eux, ils ont un portefeuille bien garnit, ils vivent en général dans des lieux atypiques et privilégie le coton bio (sinon c’est pas du jeu)

Tendance minimaliste, légitimement perçue comme un luxe.

Ainsi le minimalisme devient un privilège pour personnes aisés. Accéder à un rapport plus réfléchi, plus conscient et forcément plus authentique, il s’agit d’un processus intime. Le pauvre lui, s’habiller sera une nécessité avant d’être un luxe (acheté un nouveau jean après que l’autre soit en lambeaux) . On devient alors, nous les pauvres, minimalistes malgré nous.

C’est fun, c’est In, je suis une flexitarienne

Suis-je flexitarienne ?

Le flexitarisme est un mouvement porté par les défenseurs d’un mode de vie « healthy » (sain).
Il désigne les personnes végétarienne à temps partiels.
Il s’agirait donc de prendre conscience qu’on a donné trop de place à la viande et que ces excès ont des conséquences sur la planète et notre santé (ça fait du bien aussi au porte-monnaie 😀)
Aussi bizarre que ça puisse paraître, j’ai l’impression que c’est mon portrait craché – à l’exception que pour ma part c’est parce que la viande est chère et que mon porte monnaie n’est pas lourd.

Bobo attitude, phénomène de mode ou une pâle copie de la pauvreté ?

Bien qu’il date depuis 1990, date à laquelle il apparaît pour la première fois aux Etats-Unis, c’est la première fois que j’entend ce mot .En France , c’est devenu un phénomène de mode (tout ce qui vient des Etats-Unis ça fait bien)
Encore une fois la bobo attitude va s’emparer de ce mode alimentaire, prêchant le bien-être animal et les bienfaits pour la planète – le porte monnaie n’étant que secondaire.
Les pauvres eux, pratiqueront aussi ce fonctionnement mais par nécessité, la viande étant trop cher, nous ne pouvons pas nous permettre d’en manger chaque jour – alors oui malgré nous, nous devenons à notre tour flexitàrîens.

J’espère qu’à travers cet article, tu auras compris que c’est un éternel recommencement, la pratique existe depuis longtemps – il manquait juste les mots.

A bientôt

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.