Sois pauvre et tais-toi

Octobre 2012, le mois où j’allais me retrouver jusqu’à aujourd’hui dans un gouffre financier

Aujourd’hui c’est un grand cri de révolte et de colère qui sort de ma bouche, d’où la chanson ci-dessus.

Tout commence en septembre, mois où le gamin intègre le lycée professionnel. Paiement de la tenue du lycée +  la tenue professionnelle + passage chez le coiffeur oblige + les fournitures scolaires ++++… environ 500 euros net y passe, bref je ne vois pas la couleur de mon rsa et c’est de là que commence les soucis bancaires (interdit bancaire pendant 1 semaine, compte bloqué…).
On m’assure qu’une aide financière sera versé dès réception de mon rib et que je rentrerai dans mes frais. Cette aide financière du Conseil Général appelée : aide au premier équipement,  est attribuée aux familles dont le ou les gamins effectue leur première année de cap. Elle est sensée comme son nom l’indique, rembourser une grande partie de l’équipement. Je fournis donc le rib comme demandé à la mi septembre, tout en sachant que celle-ci doit être versé pour début octobre (la prime de rentrée scolaire pour les lycéens et apprentis ne sont versés qu’après avoir fournit un certificat de scolarité). Puis, ne voyant toujours rien venir sur mon compte, je rappelle le lycée qui me dit que finalement il faudra attendre jusqu’aux vacances scolaires, donc à partir du 27 octobre. Hier, ayant un mauvais pressentiment (pendant les vacances scolaires le conseil général ne fait pas grand chose), je retéléphonais pour savoir où s’en était et là, vlan ! on me répond que le Conseil Général n’a pas voulu prendre les rib (je dis « les » car nous sommes 30 familles) et qu’ils s’en occuperont à la rentrée des classes, soit, le 12 novembre ! ce qui revient à dire que je n’aurais pas cette aide financière avant au moins le 20 novembre !!!!

Alors oui, après avoir entendu ça, je me dis qu’il y a un réel fossé entre les gens aisés et ceux qui ont à peine de quoi vivre. Comment peut-on laisser des familles s’endetter afin que leur progéniture fasse des études, n’est ce pas normal de vouloir le mieux pour notre enfant ? Faut-il être friqué pour qu’il puisse fréquenter une bonne école ?

J’ai l’impression qu’on veut nous infliger une punition, du style : « t’as voulu mettre ton gosse dans une école réputée, alors débrouille toi maintenant !!! »
 » T’as pas d’argent ? fallait pas le mettre dans ce lycée ! »
Voilà les phrases qui me viennent à l’esprit.
Quand je pense qu’il y a des gens qui gagnent un bon salaire et qui se plaignent, ils me donnent envie de gerber !

Je ne sais pas si la vidéo est passé, mais en tout cas elle reflète bien ce que j’ai dit : sois pauvre et tais-toi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires sur Sois pauvre et tais-toi

  1. Ton article me touche, ce n’est pas juste. Ils repoussent sans arrêt le jour ou tu pourras touché cette aide. Les gens se rendent pas compte, enfin il y a un souci quoi.

    • Oui un gros soucis et le plus gros soucis encore c’est que 2 ans ont passé et qu’à cause de cet « incident » je suis toujours dans la M. Le seul conseil que je peux donner aux parents qui ont un revenu minimum c’est de ne pas les mettre dans des écoles prestigieuses qui coûte une fortune mais plutôt dans les cfa. Au moins ça leur permet d’être de suite dans le monde du travail, ça les fait mûrir plus vite et cerise sur le gâteau les cours sont identiques. Et surtout il n’y a pas de tenue de ville à acheter (costard cravate) genre école prestigieuse où le costard est de rigueur.

      • En plus. Oui, les écoles prestigieuses ne sont pas forcément mieux ! Ils ont juste meilleure réputation. Oui ! Le truc qui coute bonbon. Et maintenant, il a du travail ? 🙂

        • salut
          et bien non il n’a pas de travail, tentative d’apprentissage chez un patron de resto mais vu que pendant toute l’année passée au lycée c’était le monde des bisounours ce qui autrement dit veut dire qu’ils ne sont pas préparés à la vie active (stage s’arrêtant à 14h00 en étant presque chouchouté), il n’arrivait pas à tenir le rythme effréné de la vraie vie de serveur pro et puis il a dit un truc qui n’aurait pas dû dire au patron « je vous aime bien en tant que personne mais pas en tant que patron », donc voilà avec cette phrase le contrat a été rompu. Là il se trouve en remise à niveau rénuméré mais n’a aucune idée de ce qu’il veut faire comme métier !

  2. J’estime que tout le monde a droits à un enseignement de qualité. Un bon lycée est primordial. Je trouve que cela est admirable de la part des famille d’aider leurs enfants comme elles le peuvent et que l’administration du lycée est plein de gros cons qui ne pensent même pas que des parents se passent la corde au coup pour donner le meilleur à leur mômes.

    Finalement, tu l’as eu, le flouze?

    • Le flouze oui je l’ai eu après les avoir menacé de porter plainte auprès du Rectorat de Nice et de les traîner devant les tribunaux, là comme par hasard les sous arrivaient 2 jours après sur mon compte mais en attendant à cause de ce coup dur je me retrouve encore aujourd’hui dans la panade, c’est que 800 euros ce n’est pas rien.
      Mais si j’ai appris une chose, c’est qu’il vaut mieux mettre son gosse en CFA plutôt que dans un lycée chichipanpan où finalement il ne sera pas sur le terrain pour savoir ce qu’est vraiment le métier choisit
      pitou pitou

Répondre à Cari Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*